banniere

Herkingen(Pays-Bas)

Aperçu

Depuis que je fais un peu de vitesse en amateur je recherche les spots adaptés. Les grands spécialistes sont les hollandais avec des plans d’eau intérieurs, un pays plat et de bonnes statistiques de vents.

J’ai découvert Herkingen dans le sud de la Hollande et j’en suis tombé amoureux. C’est assez loin de Paris (4h30) mais quand même accessible pour un très court séjour. Herkingen sur l’ile Goeree est un petit village avec un port de plaisance dont le chenal est protégé par une digue de 800 mètres.

La digue est rectiligne et ne dépasse l’eau que de 20 à 30 cm. Avec un vent de Sud-Ouest à Ouest on a un run parfaitement protégé du clapot avec un vent bien régulier. Pour les spécialistes aguerris les 40 nœuds en pointe sont souvent dépassés.

Orientations idéales: Sud-Ouest

Avantages

Inconvénients

Condition: Ouest

Normalement je ne vais à herkingen que quand le vent est annoncé Sud-Ouest tendance Ouest-Sud-Ouest. Mais il m’est arrivé qu’il tourne plein Ouest et même légèrement Ouest-Nord-Ouest. Ca fonctionne aussi mais le bord de largue se fait vers le large. Ca marche très bien, voire mieux car on n’a pas de butée au bout du run. Le problème est que la digue du port oblige à faire plusieurs petits bords de près si l’angle est trop important sur le retour.

Condition: Sud-Ouest

La digue qui protège le chenal du port dans un axe nord sud avec un très léger angle de 11 degré vers l’est. Par vent de sud ouest on sort du port en faisant du près dans le chenal et on revient grand largue. Plein sud-ouest c’est un peu trop abattu mais avec une légère composante Ouest Sud Ouest ça peut être parfait. Pour la vitesse, l’idéal est de pouvoir abattre de 30 degrés par rapport à une allure au largue.

A un ou deux mètres de la digue, c’est archi plat quelque soit la force du vent. La sensation de glisse absolue est telle qu’on n’a pas l’impression d’aller très vite même à plus de 30 nœuds.

Si le vent passe trop ouest-sud-ouest, le run devient carré mais on peut encore scorer sur 200 m en prenant de l’élan le long de la digue et en abattant brutalement à l’approche du port. Le plan d’eau reste quand même bien plat sur une bonne zone. Ce sont les conditions de la photo ci-dessous.

Accès

Position GPS: 51.709N 4.086E
Je ne vais pas expliquer le trajet depuis Paris, les GPS le font très bien. Il faut compter 4h30 et 420km Il faut éviter de passer par Bruxelles et viser Anvers (Antwerpen). Le passage par Lille est pénible aux heures de pointes. J’y suis plusieurs fois allé pour une journée de navigation en partant le soir et en dormant à Villeneuve d’Ascq. Départ le matin à 7 h et arrivée sur le spot vers 9h-9h30.
A l’entrée du village la rue est directe jusqu’au port.

Parking ****

Le parking à l’entrée du petit port de plaisance est assez vaste pour accueillir tout le monde. En 4 sessions je ne l’ai jamais vu complètement rempli.

Gréer ****

Une petite pelouse en bordure de parking permet de gréer à 3 ou 4 en même temps. Il faut ensuite marcher dans les 150 mètres pour se mettre à l’eau.

Mise à l'eau ****

La mise à l’eau se fait en marchant un peu avec de l’eau jusqu’à la taille vers le chenal du port. Par sud-ouest il faut prendre le chenal au près et on est un peu déventé sur les 50 premiers mètres. Rien de bien difficile sur un plan d’eau qui reste plat quelque soit la force du vent (testé par 45 nœuds).

Sécurité ***

Le spot est sécurisant sur 2 aspects :
C’est un spot de speed avec du vent side-on. Contrairement à tous ceux qui marchent avec du vent off shore en cas de casse on ne peut dériver que vers le bord.
C’est plat ou clapoteux après la digue et sans courant. En bonus on a souvent pied en dehors du chenal.

Je n’ai pas mis la note maximum car il y a quand même 2 points de risques à gérer :
La digue canalise les planchistes sur une même trajectoire. En conséquence, il faut faire gaffe aux croisements et regarder dans le retro avant de jiber. Entre speedeux, on respecte son tour avant de rentrer dans le run et ça ne pose pas de problème. Il faut quelque fois partager le spot avec les freestyler qui ne s’occupent pas trop de ce qui arrive derrière avant de faire leur manœuvre ou de donner un gros coup de lof vers la digue en bout de run.

Il y a aussi ces fameux poteaux qui encadrent le chenal. Pour le run parfait il faut naviguer le plus près possible de la digue (on peut rester à 1 m mais moi je suis plutôt à 3 pour garder un peu de marge). La ligne de poteaux est alors à 15 mètre sous le vent avec un poteau tout les 100 m. C’est plus gênant psychologiquement qu’autre chose, mais se taper un poteau à plus de 30 nœuds ça doit faire mal.

accueil - Copyright w-idf.fr 2006 - contact